KDE


  • Prédateur

    0_1507849221406_kde_logo_faenza_by_comsl-d3iwbys.png



    Cet article décrit le statut actuel de la communauté de KDE et vers où elle se dirige. La plate-forme, Plasma, le bureau KDE, Qt5, la fondation « KDE Free Qt », QtAddons… Tout au long de 2014 et même un peu après, une série d’articles sera écrite pour vous informer de tout ce qui entoure la planète KDE et du long chemin à parcourir dans le développement du nouveau bureau… Comme nous l’avions fait pour KDE 4. En route vers KDE 5 !

    KDE « is People »

    Aujourd’hui la technologie de KDE est beaucoup plus avancée qu’elle ne l’était lors des tous débuts en 1996. Aujourd’hui KDE possède plusieurs centaines de développeurs. Ils ne fabriquent pas seulement un « bureau » (Plasma Desktop) mais aussi une variante pour les tablettes qui s’appelle « Plasma Active » et pour les téléviseurs intelligents : « Plasma Media Center ». Notez que « Plasma Netbook » est déjà âgé de 5 ans!

    Si au tout début KDE n’avait qu’une simple horloge et une calculatrice à son bord comme application, maintenant c’est toute une suite bureautique, client courriel, calendrier, des éditeurs d’images et vidéos et beaucoup plus. Mais ce n’est pas tout, les applications de KDE ont été portées sur plusieurs plate-formes. Pas seulement sur Windows et Mac mais aussi pour Android et plusieurs autres systèmes d’exploitations mobiles. Et la librairie (maintenant renommée pour Frameworks 5) est maintenant modulaire, les rendant librement disponible à encore plus de développeurs en dehors de la communauté de KDE.

    Aujourd’hui, KDE n’est plus un environnement strictement réservé à Unix. KDE est maintenant partout.

    Plasma par KDE

    Plasma a été conçu pour être la prochaine génération des technologies du bureau KDE. Lorsque son architecture a été inventée en 2006 et 2007, le but des développeurs était de bâtir une base modulaire souhaitable pour plusieurs différentes interfaces utilisateur. Il est facile de le voir comme un projet ambitieux dans un monde avec la haute résolution, tablettes, téléphones mobiles, centre multimédia et davantage. Mais jusqu’à aujourd’hui, la technologie KDE est unique dans sa capacité à converger différentes formes de facteur sur un certain niveau de code. Les autres en sont encore à essayer de créer une interface pour chaque variété de périphérique, ou essaie de viser le compromis.

    Plasma 5

    Plasma a pris beaucoup de temps à devenir mature, dû en partie à son design ambitieux, et en partie à cause des technologies sur lesquelles reposait Plasma n’étaient pas matures (pensons à Qt4). Et c’est encore un réel problème de nos jours, la série 4.x est encore à négocier avec des déficiences de la plate-forme sur laquelle elle est construite.

    C’est pourquoi la nouvelle génération de la technologie de Plasma fait surface. Nommée Plasma 5 pour des raisons évidentes, on nous promet un design à l’heure des multiples résolutions et à de bien meilleures performances tout ceci grâce en partie à QML et à Qt 5 s’accordant à l’accélération graphique. Un haut support en DPI et la capacité de travailler avec Wayland (la nouvelle génération de serveur graphique de Linux) sont ainsi planifiés, mais rien n’est prévu pour être complété durant la première version.

    0_1507848766858_plasma-workspaces.jpg



    Avec Plasma 5, l’équipe de développeurs peut commencer à penser comment procéder pour changer les espaces de travail d’un périphérique à un autre. Par exemple, le fait de brancher un clavier et une souris sur une tablette indiquera à Plasma de transformer son interface optimisée pour le tactile en un bureau complet. Et les applications, seront notifiées à changer, et pourront s’adapter en conséquence. C’est ce que les gens de Microsoft n’ont pas pensé pour Windows 8. La technologie courante de Plasma peut déjà indiquer aux applications construite avec des fichiers graphiques QML/Javascript de prendre une certaine forme et c’est déjà utilisé dans Plasma Active, l’environnement de travail Plasma optimisé pour les tablettes. Rien de ceci n’obligera de se déconnecter et de se reconnecter, vous pouvez juste continuer de travailler sur votre document ou de continuer à lire ce site !

    Ces capacités placera le présent Plasma loin devant de tout compétiteur et l’avance ne fera qu’augmenter à l’arrivée de Plasma 5. Mais ces fonctionnalités avancées ne délaisseront pas l’interface qui nous est si familière. L’équipe de Plasma est très consciente de l’importance du travail sur un ordinateur pour ses utilisateurs et le besoin de ne pas faire de changements brusques. Cela veut dire que les changements visuels ne seront que mineurs. Juste plus de performances, de flexibilité et un look très polie.

    Une touche conviviale

    0_1507848877993_scaling-3.jpg



    A côté du travail technique, il y a aussi du travail dans le design et dans la convivialité. L’idée est de créer un groupe de travail pour le design visuel (Visual Design Group). Ce qui est déjà fait, dirigé par l’enthousiaste Jens Reuterberg, un concepteur visuel suédois. Depuis la création de cette équipe de travail, il y a eu du travail accompli sur plusieurs fronts. Il y a de nouveaux icônes et de l’amélioration dans plusieurs éléments déjà existant dans certaines applications KDE, mais la majorité du travail se concentre sur Plasma 5. Un thème pour les widgets est en développement, un thème de curseur tout comme des icônes sont présentement discutés. Et Plasma 5.0 prendra la police de caractère Oxygen par défaut. Mais l’équipe regarde aussi à l’interaction du design et travaille l’interface, elle travaille en coopération avec l’équipe de convivialité (KDE usability team).

    0_1507848971200_plasma-main_0.jpg



    L’équipe de convivialité s’occupe de garder les développeurs et concepteurs à expérimenter avec les nouvelles interfaces utilisateurs, en s’assurant de mesurer l’impact de leur travail. L’équipe mène des sondages et des tests sur leurs propres expertises afin d’aider les développeurs de KDE à concevoir des applications puissantes mais aussi facile à utiliser.

    Un nouvel écran de verrouillage

    Ces experts de la convivialité ont donnés leurs avis dans plusieurs aires des applications de KDE, par exemple en travaillant de très près avec les développeurs du nouveau gestionnaire réseau pour Plasma. Présentement, le travail se concentre pour refaire le Panneau de Contrôle et plusieurs autres choses reliées.

    0_1507848920912_lockscreen.jpg



    Lors de divers événements comme l’Akademy, l’équipe de convivialité donne des cours aux développeurs pour tester les interfaces utilisateurs avec de vrais utilisateurs. En plus de travailler directement avec les développeurs et de les entraîner, l’équipe de convivialité est aussi à refaire le guide KDE’s Human Interface.

    Un travail en progression

    La première réalisation de cette nouvelle génération de Plasma ne sera pas sans problème. Avec un changement substantiel dans les sous-couches du code, il y aura de nouveau crash et des problèmes qui auront besoin d’être corrigés. Ceci amènera aussi des artefacts visuels. Pendant que QML2 procurera un meilleur look principalement du à l’intégration d’openGL et de son positionnement plus précis, l’immaturité de Qt Quick Controls, le successeur de la veille technologie « widget » âgée de plus de 15 ans, occasionnera certains bogues étranges. En outre, comme la dernière annonce bêta le souligne, la performance est également très dépendante de la configuration du matériel et des logiciels.

    0_1507849009368_battery_0.png



    Les applications KDE

    À comparer au bureau et aux librairies, la situation avec les applications KDE est plus simple. Présentement en version 4.13, la prochaine sortie sera 4.14 en août. Après cela il y aura une autre version (avec des applications basés sur KF5) mais cela est encore en discussion. L’équipe KDE est en train d’expérimenter avec des cycles de développement plus courts, une tendance dans tout écosystème, facilitée par des outils et des processus améliorés.

    0_1507849053494_KDE in progress.png



    Un cycle de développement très rapide

    Les faits observés dans le monde de la mobilité et des applications web ont montrés que les utilisateurs aiment prioritairement commencer à utiliser des fonctionnalités et apprécier les recevoir en petites quantités plutôt que de les avoir d’un seul coup. Des sorties plus courtes peut aussi dire avoir des améliorations et des corrections de bogues plus rapidement. D’un autre côté, la plupart des utilisateurs ont accès aux mises à jour de la suite KDE via les dépôts logiciels de leur distribution préférée ce qui pourrait être un blocage ou un ralentissement à recevoir ces mises à jour. Des discussions sont à prévoir avec les développeurs de ces distributions à ce sujet.

    Dans tous les cas, toute l’infrastructure qui gère les annonces publiques et les promotions devront s’ajuster en conséquence.

    En avant vers Frameworks 5

    Le fait de vouloir réaliser des cycles de développement courts requiert de répondre à plusieurs questions avant que ça soit possible en pratique. Mais un saut vers Framework 5 est inévitable mais la grande question est quand. On a déjà débuté le port de quelques applications vers cette nouvelle plate-forme, encouragé par les énormes progrès qu’apporte Framework 5. Cependant la plupart des applications ne sont pas encore portées ; et ce n’est pas la totalité des applications qui seront portées d’ici la fin de l’année. Le portage est relativement facile, mais les équipes n’ont pas nécessairement le même point de vue et les objectifs n’en sont pas encore à Framework 5 tant et aussi longtemps que la génération 4.x sera supportée.

    Ici encore, les développeurs de KDE veulent que le processus de mise à niveau soit doux pour les usagers. En résumé, la série 4.x sera supportée encore quelques temps et la série du Framework 5 sera disponible en parallèle. Quelque soit la version de la série, les applications fonctionneront peut importe le bureau utilisé. Les développeurs veulent s’assurer que la migration se fasse en douceur.

    0_1507849093894_KDE QT 5.png



    Les librairies KDE

    Lorsque KDE débuta voilà presque 20 ans, le développement était axé sur les applications. Les librairies étaient conçu pour partager le travail, faisant du développement plus facile et plus rapide. Les nouvelles fonctionnalité qui étaient ajoutées dans ces librairies étaient basées sur de simple règles. Par exemple, si une fonction particulière était utilisée à plusieurs endroits, elle était placée dans une librairie partagée. Aujourd’hui, les librairies de KDE mettent à disposition des fonctionnalités de haut niveau comme les barres d’outils et les menus, correcteur orthographique et l’accès de fichier. Ils sont aussi utilisées occasionnellement pour corriger ou travailler sur certains problèmes dans Qt et d’autres librairies que les applications de KDE dépendent. Distribuées comme un simple ensemble de librairies interconnectées, elles forment une base de code communes pour (presque) toutes les applications KDE.

    Framework 5

    Avec les efforts de KDE Frameworks, ces librairies sont méthodiquement retravaillées en modules multi-plate-formes indépendantes qui seront à la disposition de tous les développeurs Qt. Quelques fonctions ont déjà été adoptées sous des standards Qt. Le KDE Frameworks peut simplifier, accélérer et réduire les coûts de développement de Qt en éliminant le besoin de ré-inventer les fonctions clés. Qt augmente en popularité. Ubuntu a choisi Qt et QML pour Ubuntu Phone et une migration complète pour la version “desktop” est prévu. L’environnement LXDE et le projet Gcompris sont actuellement en processus pour le portage vers Qt. Subsurface (un autre de ces fameux projets supportés par Linus Torvalds) a sortie une première version Qt voilà peu de temps.

    Avec Frameworks, KDE est encore plus près de Qt, les deux y gagnent, car on y compte de plus en plus d’utilisateurs et de développeurs. L’équipe de Frameworks a l’intention d’y aller avec des sorties mensuelles avec “branch-less development”. Cela signifie que tout sera développé en master, donc chaque version contiendra de nouvelles fonctionnalités et des correctifs. Bien entendu, ce type de cycle de sortie vient avec un prix à payer. Les fonctionnalités intégrés dans les modules ne pourront être introduite que graduellement ce qui évitera de compromettre la stabilité. De plus tout sera testé très minutieusement et très sérieusement. Ce modèle de développement est encore en discussion avec les équipes des distributions, considérant l’impact que cela causera dans la pratique. KDE Frameworks 5.0 est prévu pour la première semaine de Juillet 2014.

    Conclusion

    L’été s’annonce chaud pour la planète KDE. Les applications prendront un peu plus de temps à développer mais fonctionneront sur tous les bureaux. Tout le cycle de développement est affecté et il n’y aura plus de sortie “en bloc”. À comparer aux changements majeurs précédents dans la plate-forme KDE 4.x, tout deviendra incrémentiel au niveau technique. Plasma 5 et Frameworks 5 tireront avantage de ce cycle de développement. Cet article est le premier d’une longue série durant laquelle nous découvrirons ce qui nous attend avec ce nouvel opus offert par la communauté KDE.

    source



Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.